• Hue hôôôô

    Avertissement :

    Je dois en conscience, ajouter quelques précisions sur le contexte de la photo. La triste histoire qui l’accompagne est une pure fiction de nos jours.

    J’ai pris cette photo lors d’une fête paysanne très sympathique qui fait revivre les outils et pratiques du passé. Trois chevaux tiraient ensemble une antique charrue d’un seul soc, dans un champ dont la terre était déjà bien meuble (j’ai vérifié !). Ils ne semblaient pas malheureux et même s’amuser de cette activité exceptionnelle de nos jours.

    Les personnes qui les dirigeaient leur prodiguaient des attentions amoureuses. Je n’ai aucun doute sur le respect avec lequel ils étaient traités.

    Et j’admire les organisateurs de cette manifestation qui montrent une belle image du monde agricole.

    En conclusion, considérez cette histoire comme une fable.  Qui d’autres pourriez-vous imaginer à la place des personnages de l’histoire ?

     

    PS :

    Pardon aux artisans bouchers. Pour les mangeurs de cheval, là, j’ai plus de mal.

    Ça, par exemple, c’est sympa : http://www.equids.com/centres-retraite.php, et il y a bien d’autres sites sur net.

     

    Hue hôôôô

    Et l’autre-là qui crie sans cesse huela ho

    Commence vraiment à m’échauffer les oreilles

    A l’écouter il faudrait labourer au trot

    Un de ces quatres j’écraserai ses orteils.

     

    La terre colle au fer et mes sabots sont lourds

    À tirer la charrue dans ces sillons profonds

    Attends un peu mon p’tit gaillard au prochain tour

    Par surprise je t’aplatirai les arpions.

     

    A force de labourer ce champ en courant

    Mes pauvres guiboles sont réduites en compote

    J’en ai plein de dos de ce manège harassant

    Je te jetterai un gros crottin sur les bottes.

     

    La médaille du mérite agricole en or

    Devrait briller et balancer à mon harnais

    Mais au lieu de ça je tire et je tire encore

    Je t’ exploserai ‘’proutt’’ un gros pet dans le nez.

     

    Je voudrais me rouler le dos dans la rosée

    Trottiner dans un ruisseau en m’éclaboussant

    M’enivrer du parfum des petites fleurs des prés

    Je t’enverrai une ruade dans les dents.

     

    Ce n’est pas une longue retraite qui m’attend  

    Mais un boucher et mes naseaux froids dans la sciure

    Ce sera bien fait pour tous ses vilains chalands

    Qui se casseront les dents sur mon steak trop dur.

     

    Hiiiiiiihiiiiiiihiiiiii

     

    Hue hôôôô

     

    « Les feuilles chuchotent.Dedans dehors »

  • Commentaires

    4
    Mardi 23 Septembre 2014 à 09:13

    Ton texte est à la fois émouvant et drôle! La photo superbe! Et oui, une vie de cheval de trait n'était pas enviable. Au moins pour la manifestation dont tu parles, ce n'est que de la mise en scène?

    Belle journée

    Catiminy/ JOlana

    3
    Mardi 9 Septembre 2014 à 11:17

    Je me souviens dans l'Orne et en Mayenne il existait des concours de labours , c'était une sacrée organisation et les agriculteurs n'étaient pas peu fiers de faire évoluer leur attelage devant une foule de curieux !

    je vois que cela existe encore , c'est bien

    2
    Lundi 8 Septembre 2014 à 18:07

    Bonsoir photoem,

    Il fût un temps où il n'y avait que les chevaux pour labourer. Etaient-ils tous bien traité ? là est la question.

    Aujourd'hui, ce sont les tracteurs qui font le travail. Ce n'est pas mieux, car les sols deviennent de plus en plus dur et la pluie ne descend plus assez jusqu'aux nappes phréatique. Alors, quoi faire.

    Néanmoins, j'apprécie beaucoup la photo et le texte.

    Johnny1938

    1
    Lundi 8 Septembre 2014 à 18:04

    Sympa la fable, je repars au galop de ce pas!... he

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :