• Squelette ...

    ... de pavot.

    BonJour,

     

    Squelette ...

     (poCreative Commonsur la photo seulement, évidemment !)

     

    Et j'entendais une petite voix, celle de Boris Vian, ziziner entre mes oreilles.

    Quand j'aurai du vent dans mon crâne
    Quand j'aurai du vert sur mes osses
    P'tête qu'on croira que je ricane
    Mais ça s'ra une impression fosse
    Car il me manquera
    Mon élément plastique
    Plastique tiqu' tiqu'  
     

    Qu'auront bouffé les rats
    Ma paire de bidules
    Mes mollets mes rotules
    Mes cuisses et mon cule
    Sur quoi je m'asseyois
    Mes cheveux mes fistules
    Mes jolis yeux cérules
    Mes couvre mandibules
    Dont je vous pourlèchois
    Mon nez considérable
    Mon coeur mon foie mon râble
    Tous ces riens admirables  
    Qui m'ont fait apprécier
    Des ducs et des duchesses
    Des papes des papesses
    Des abbés des ânesses
    Et des gens du métier
    Et puis je n'aurai plus
    Ce phosphore un peu mou
    Cerveau qui me servit
    A me prévoir sans vie
    Les osses tout verts
    Le crâne venteux
    Ah comme j'ai mal
    De devenir vieux.
    (Boris Vian)
     
    Au revoir. Creative Commons
    « L'arbre muet.Je vous attends depuis longtemps. »

  • Commentaires

    26
    Vendredi 19 Octobre à 19:05

    Euh ... ce s'rait pas zinziner, plutôt , hi hi ? !!! :-)
    La photo est superbe !

    25
    Vendredi 12 Octobre à 10:45

    Beau poème de Boris Vian qui va bien avec mon préféré d'entre tous:

    "J'voudrais pas crever."

    Je voudrais pas crever
    Avant d'avoir connu
    Les chiens noirs du Mexique
    Qui dorment sans rêver
    Les singes à cul nu
    Dévoreurs de tropiques
    Les araignées d'argent
    Au nid truffé de bulles
    Je voudrais pas crever
    Sans savoir si la lune
    Sous son faux air de thune
    A un coté pointu
    Si le soleil est froid
    Si les quatre saisons
    Ne sont vraiment que quatre
    Sans avoir essayé
    De porter une robe
    Sur les grands boulevards
    Sans avoir regardé
    Dans un regard d'égout
    Sans avoir mis mon zobe
    Dans des coinstots bizarres
    Je voudrais pas finir
    Sans connaître la lèpre
    Ou les sept maladies
    Qu'on attrape là-bas
    Le bon ni le mauvais
    Ne me feraient de peine
    Si si si je savais
    Que j'en aurai l'étrenne
    Et il y a z aussi
    Tout ce que je connais
    Tout ce que j'apprécie
    Que je sais qui me plaît
    Le fond vert de la mer
    Où valsent les brins d'algues
    Sur le sable ondulé
    L'herbe grillée de juin
    La terre qui craquelle
    L'odeur des conifères
    Et les baisers de celle
    Que ceci que cela
    La belle que voilà
    Mon Ourson, l'Ursula
    Je voudrais pas crever
    Avant d'avoir usé
    Sa bouche avec ma bouche
    Son corps avec mes mains
    Le reste avec mes yeux
    J'en dis pas plus faut bien
    Rester révérencieux
    Je voudrais pas mourir
    Sans qu'on ait inventé
    Les roses éternelles
    La journée de deux heures
    La mer à la montagne
    La montagne à la mer
    La fin de la douleur
    Les journaux en couleur
    Tous les enfants contents
    Et tant de trucs encore
    Qui dorment dans les crânes
    Des géniaux ingénieurs
    Des jardiniers joviaux
    Des soucieux socialistes
    Des urbains urbanistes
    Et des pensifs penseurs
    Tant de choses à voir
    A voir et à z-entendre
    Tant de temps à attendre
    A chercher dans le noir
    Et moi je vois la fin
    Qui grouille et qui s'amène
    Avec sa gueule moche
    Et qui m'ouvre ses bras
    De grenouille bancroche
    Je voudrais pas crever
    Non monsieur non madame
    Avant d'avoir tâté
    Le gout qui me tourmente
    Le gout qu'est le plus fort
    Je voudrais pas crever
    Avant d'avoir gouté
    La saveur de la mort...

      • Vendredi 12 Octobre à 13:21

        Merci Christiana, j'aime beaucoup celui là aussi et dit par Pierre Brasseur c'est envoûtant. 

        J'en ai cité un petit extrait pour la photo de la lune ...

        Je voudrais pas crever 
        Sans savoir si la lune 
        Sous son faux air de thune 
        A un coté pointu

    24
    Mardi 1er Mai à 19:47

    Bonsoir Pierre. Il n'a pas eu le temps de devenir vieux. Je n'avais jamais vu de fleur de pavot en filigrane, comme les amours en cage. Bonne soirée

    23
    Lundi 19 Mars à 10:47
    PascalXLD

    Joliment saisi et beau traitement

     

    Bonne journée

    22
    Dimanche 18 Mars à 11:45
    marine D

    Eh bien non, il n'était pas en attente

    Je disais donc que j'adore ce poème de Boris Vian, fantaisiste, caustique, réaliste, et que ta belle photo lui va à merveille !

     

    21
    Dimanche 18 Mars à 11:43
    marine D

    Ai-je envoyé mon commentaire ?Je reviendrai Pierre

    Bon dimanche

    20
    Jeudi 15 Mars à 09:36

    Mince le pauvre , plus de paire de bidule .

    En tous les cas superbe texte , sans oublier ta photo.

    Bisous et bonne journée

    Lucia

    19
    Mardi 13 Mars à 13:44

    Bonjour Pierre,

    Photo qui sied bien au texte ;)

    Fins maux de l'histoire... Incroyable Boris. Excellent tout ça !

    18
    Lundi 12 Mars à 09:55

    Mr Vian ,  Mr Pavot, vous allez directement à l'os sans détours, sans fioritures...ça le mérite d'être clair et on ne perd pas son temps !

    Bonne journée Pierre.

    17
    Lundi 12 Mars à 08:50

    Sacré Boris qui ne voulait pas vieillir ! Quelle ironie, sachant qu'il avait déclaré qu'il ne dépasserait jamais l'âge de 40 ans.

    Beaucoup de vent également dans le crane de ces coquelicots ! magnifique photo.

    Belle semaine à toi Pierre.

    16
    Dimanche 11 Mars à 17:46

    Bonsoir Pierre. Ta photo en N&B est tout de même plus souriante que le texte du cher Boris.

    J'aime bien aussi la version qu'en avait donné Serge Reggiani.

    Bonne soirée.

    15
    Dimanche 11 Mars à 07:41

     alors, juste l'instant quand on le peut.. jolie photo..donc espoir

    14
    Samedi 10 Mars à 16:02

    la photo est superbe et Vian, toujours si créatif ! Bises

    13
    Samedi 10 Mars à 13:46
    Ah j'adore Boris ! et ta photo est bien belle !
    12
    Samedi 10 Mars à 08:53

    Il est pourtant bien joli, ce squelette!

    11
    Vendredi 9 Mars à 19:52

    Pavot, vaut pas quoi ?

    10
    Vendredi 9 Mars à 17:23
    Dany croqlum

    La même petite voix me susurre également que le temps a passé .....

    Bonne soirée, Dany

    9
    Vendredi 9 Mars à 16:20

    Bonjour Pierre et merci pour ce bien beau texte et j'aime aussi ce squelette de pavot ! .

    Bon week end de détente , 

    8
    Vendredi 9 Mars à 07:31

    Bonjour Pierre, que c’est agréable de relire ce poème, j’adore !

    taphoto est très belle aussi !

    Je me fais rare en ce moment mais la vie est ainsi !

    bises .

    bonne journée.

    7
    Jeudi 8 Mars à 20:27

    ..cette photo et ces mots de Boris, j'aime plus que plus!

    Bises de Mireille du Sablon

    6
    Jeudi 8 Mars à 18:21
    Maria-Lina

    Bonjour Pierre, quel beau billet, ta photo est superbe!!! Bise, bon jeudi dans la joie et la tendresse!

    5
    Jeudi 8 Mars à 17:52

    bonsoir Pierre , ah oui ta photo protégée (hi hi) est magnifique avec ce fond noir !  ça fait bien ressortir ce squelette de fleur ! 

     et ce texte est plutôt humoristique  hi hi  j'aime 

    belle semaine a +  

    4
    Jeudi 8 Mars à 17:30

    Quel joli texte !

    Bonne fin d'aprem

    3
    Jeudi 8 Mars à 15:21

    Même pas peur de ce squelette plutôt sympa à regarder ! un N&B contrasté à souhait 

    2
    Jeudi 8 Mars à 15:02

    Superbes ces dentelles de Coquelicots. La nature est une véritable artiste.
    Bonne journée Pierre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :