• Un coup de marteau sur les doigts.

    A notre P'pa

    Un coup de marteau sur les doigts.

     

    Voilà c’est fermé

    Puisque je vous dis que c’est fermé

    F.E.R.M.É : fermé

    Verrouillé cadenassé.

     

    Il ne reste plus que du rien

    Ou alors des trucs si anciens

    Pas besoin qu’un gardien

    Veille sur cette mine à chagrin.

     

    D’ailleurs je pourrai ouvrir

    Cela vous ferait sourire.

    Des trucs inutiles souvenirs

    Continueront à pourrir.

     

    Fonds desséchés de peinture satin

    Rouille des outils de jardin

    Sciure de vieilles planches en pin

    Pour les vers qui ont faim

     

    P’pa ne bricole plus ici.

    Croyait pas au paradis.

    _«... Le paradis c’est ici !.. »

    Disait-il avec défi.

     

    Epilogue :

    _« ‘tain merde ! ». Maintenant c’est moi

    Maladroit qui hurle à pleine voix.

    Quand je me tape sur les doigts

    Avec ton marteau quelques fois.

    « Vitrine habitée par la poussière et les araignées.L'oeil était dans le brouillard et regardait le monde. »

  • Commentaires

    18
    Mercredi 18 Février 2015 à 17:07

    ce texte est très touchant..

    17
    Samedi 14 Février 2015 à 08:49

    J'adore photographier les vieilles portes... gardiennes de trésors, de secrets, de souvenirs anciens... Oui, j'adore ! Joli texte évocateur !

    16
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 10:31

    De magnifiques photos N&B sur ce blog, tout ce que j'aime. Bravo !

    15
    Mardi 23 Décembre 2014 à 20:15

    Salut Pierre,

    Toujours bien vu !,

    "le poids des mots et le choc des photos" Non NON une réalité dans les mots et la beauté des photos, c'est super, tu as un don et une sacré imagination.

    Passe de bonnes fêtes, @ bientôt Martial

    14
    Mercredi 17 Décembre 2014 à 08:44

    Émouvant ! et cette photo si belle qui parle d'elle même.

    Merci Monsieur bricoleur. A bientôt.

    13
    Mercredi 17 Décembre 2014 à 00:04

    Alors là ...le texte est sensationnel !

    le cliché j'adore ,les verrous rouillés,  déplacés, bricolés usant le bois ...combien de fois ont ils ouverts et fermés....

    et derrière ces portes quelle magie !

    Bravo un vrai régal ,merci et bonne semaine

    12
    Lundi 15 Décembre 2014 à 11:31

    J'aime bien ton texte!… et puis la photo est très belle… Bravo… merci de ton passage chez moi! Amitié, Francesco.

    Susan, moi je me souviens de la menuiserie de mon grand-père ou j'ai passé beaucoup de temps quand j'étais petit…. et j'ai encore en moi les bonnes odeurs dont tu parles… des sensations douces, merveilleuses et précieuses….

    11
    Lundi 15 Décembre 2014 à 10:13

    Un joli cliché. Merci de ton passage

    JP

    10
    Dimanche 14 Décembre 2014 à 19:28

    Magnifique,

    Ça c'est du patrimoine !!! superbe cliché N&B, avec un bois et des verrous qui en savent long.

    Merveilleux texte qui personnellement me parle beaucoup.....

    @ bientôt, avec peut être un jour un article du même acabit sur nos pages respectives -cf: com. laissé chez moi !!!

    Martial

    9
    Samedi 13 Décembre 2014 à 10:12

    Oui voilà un beau poème et surtout belle photo ! . Je me souviens de l'atelier de mon beau père

    qui sentait bon le bois et la colle . Merci pour ta visite chez moi et bon week end , 

    Susan

    8
    Samedi 13 Décembre 2014 à 09:14

    Merci claude, je partage entièrement ton avis.

    7
    Samedi 13 Décembre 2014 à 08:48

    Je te comprend, et qu'elle fierté quand on repense à ses gestes à lui, qu'on essai de l'imiter et que l'on réussi, mon père me disait il n'y a pas de mauvais outils, seulement des mauvais ouvriers, alors même si le tournevis était ébréché, le câble de la perceuse coupé, on arrivait à faire le travail, je vais moins dans l'atelier maintenant, je ne suis pas sur que quelqu'un suivra nos pas, mais c'est la vie d'aujourd'hui, on ne répare plus, on change

    amicalement

    Claude

    6
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 18:11

    Merci Eki,

    Oui, ça va, je n'ai pas tapé suffisamment fort pour faire des rillettes doigts oh!.

    5
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 17:25

    une porte bien fermée et mots très appropriés!

    superbe photo...ça va tes doigts?

    bonne soirée

    4
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 14:24

    Hello Claude,

    J'ai utilisé  l'expression "se taper sur les doigts" pour résumer tous les petits désagréments du bricolage, la vis foirée, l'écrou qui ne se débloque pas, l'outil qu'on ne trouve plus, la perceuse qui rend l'âme, le fil électrique trop court, etc, bref tous ces petits riens qui déclenchent des flopées de jurons divers et variés. D'après mes proches, il semblerait que ressemble à mon P'pa et je lui suis reconnaissant aussi pour ça.

    Merci.

    3
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 07:46

    Mais lui ne se tapait pas sur les doigts, il était un peu plus adroits, il est vrai que l'atelier du père ou du grand père nous pénètre jusqu'au cœur avec toutes ses odeurs

    amicalement

    Claude

    2
    Jeudi 11 Décembre 2014 à 14:58

    Très beau texte, dont l'écriture et les émotions a plaisent bien.
    Une jolie photo l'accompagne.
    Bonne journée

    1
    Jeudi 11 Décembre 2014 à 11:52

    Une photo et un joli texte qui parle ou chuchote à plus d'un... merci !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :